Nous coupons les arbres

Nous coupons les arbres, dénudons les villes

Ne restent plus que le marbre et l’envie des îles

En bétonnant la plaine, on exprime l’oxygène

Quand sommes-nous arrivés à confondre joies et peines?

 

Patrick Verdu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s